English version

Deux nouveaux projets de recherche au Biopark

26 Septembre 2018 |
Les Actions de Recherche Concertée (ARC) constituent un soutien très important de la Fédération Wallonie-Bruxelles à la recherche fondamentale. Lors du dernier appel, dix-huit projets ont été retenus à l'ULB, dont deux au Biopark.

Isoler les bactéries persistantes

Le projet « Analyse cellulaire de la persistance bactérienne » est porté par Laurence Van Melderen (Laboratoire de Microbiologie Cellulaire et Moléculaire, Département de Biologie Moléculaire de l’IBMM). La persistance bactérienne est un phénomène qui permet à des cellules bactériennes, au sein d’une population, de tolérer les antibiotiques. L’observation et l’analyse de cellules persistantes est cependant difficile, car il s’agit d’un phénomène réversible et se présentant à très basse fréquence dans la population bactérienne.
Ce projet compte donc recourir à l’analyse au niveau de la cellule unique : en collaboration avec l’équipe de l’École Polytechnique de Bruxelles ULB, les chercheurs fabriqueront des puces microfluidiques afin de créer des « pièges » de la taille d’une bactérie. Ces puces seront ensuite placées sous un microscope à fluorescence, afin de repérer et d’isoler les cellules persistantes. Les chercheurs procèderont alors à la caractérisation moléculaire. Cette approche les aidera à déchiffrer les mécanismes moléculaires qui permettent à une petite minorité de bactéries de se différencier en cellules persistantes.

Les probiotiques et l’immunité du nouveau-né

Le développement de notre système immunitaire est particulièrement sensible durant la période néonatale. La flore intestinale et les probiotiques - ces bactéries naturellement présentes dans l’organisme - ont des effets considérables sur l’évolution et le fonctionnement des cellules immunitaires. Ils contribuent notamment à fixer le seuil des réponses immunitaires, c’est-à-dire le moment du déclenchement de la réponse immune. Ce phénomène est important pour prévenir l’apparition de pathologies, telles que l’asthme allergique et les infections pulmonaires.
Le projet « Éveil de l’immunité néonatale par l’administration maternelle de probiotiques » étudiera l’impact des probiotiques sur l’immunité néonatale innée, c’est-à-dire les défenses immédiates de l’organisme face aux agents infectieux. Porté par Véronique Flamand (Institut d'Immunologie Médicale, IMI), le projet associe l’équipe de David Vermijlen (Faculté de Pharmacie de l’ULB). Les chercheurs émettent l’hypothèse que l’administration maternelle de probiotiques régule le fonctionnement des cellules de l’immunité innée de l’enfant, comme les cellules dendritiques et les cellules T gamma-delta.
Natacha Jordens